Non, la police n’est pas raciste !

Chers amis,

La mort de George Floyd ne peut que nous révulser. Nous sommes Les Républicains ; l’Etat de droit, les Droits de l’Homme, la dignité humaine, le refus du racisme et des discriminations sont au cœur de nos valeurs. 

Avec la même force, je veux dire que la récupération et l’instrumentalisation de ce crime odieux doivent cesser. La France n’est pas les Etats-Unis ; quand le poison de la ségrégation raciale sévissait toujours outre-Atlantique, le président de notre Sénat s’appelait Gaston Monnerville, petit-fils d’esclave d’origine Guyanaise. Nous ne sommes pas Américains, nous sommes Français nous savons et nous croyons en notre Nation qui n’est pas une juxtaposition de communautés mais une seule communauté nationale.Être Français, ce n’est pas une question de couleur de peau ou d’origine, c’est un état d’esprit, c’est une adhésion à notre histoire, à notre identité, à notre mode de vie, à notre culture. Être Français, c’est le patriotisme allié à l’universel, ce sont des racines et des ailes.

Tout au long de mon engagement politique, je me suis battu contre le communautarisme, qui enferme l’individu dans ses particularismes, qui fracture les sociétés, qui juxtapose des « identités blessées ». A l’inverse, je crois en l’universalisme républicain, en l’« homme sans étiquette » de Régis Debray, au «plébiscite de tous les jours» et au «désir de vivre ensemble» d’Ernest Renan.

Je ne peux pas davantage tolérer que l’institution policière soit diffamée et salie par des militants d’extrême-gauche. Nos forces de l’ordre sont composées d’hommes et de femmes exemplaires, dévoués à la patrie et à la sécurité de tous, et qui considèrent le racisme comme une abjection. Certes, comme dans tous métiers, certains comportements individuels font parfois honte à l’uniforme ; ceux-là doivent être sanctionnés avec sévérité. Mais au nom de quoi devrait-on les amalgamer avec l’ensemble d’une profession ?

Quand le Ministre de l’Intérieur jette la suspicion sur nos policiers, c’est l’Etat qui recule un peu plus. Tel François Hollande avec Léonarda, le président de la République, Emmanuel Macron, se ridiculise en acceptant que l’affaire Traoré soit jugée par des tribunaux médiatiques ou de rue, au cours de manifestations interdites. Les Français n’en peuvent plus, et moi avec, de voir cette classe politique si faible se soumettre aux pressions d’une infime minorité.

Nous sommes la majorité silencieuse et voilà ce que nous pensons : nous ne supportons plus d’observer le laxisme grandissant pour les délinquants. Les Français n’en peuvent plus de cette présomption de culpabilité pour nos policiers et nos gendarmes quand, en parallèle, les délinquants bénéficient toujours de la culture de l’excuse et, même une fois condamnés, d’une lâche présomption d’innocence. Monsieur Emmanuel Macron, monsieur Christophe Castaner, cela suffit : votre inversion des valeurs suffit. Votre mépris du bon sens suffit. Nous aimons la France, nous aimons la loi, l’ordre et la justice. Nous aimons nos policiers et nos gendarmes. Nous savons leur courage et leur abnégation pour nous protéger du terrorisme, du grand banditisme, des trafics en tous genres et des incivilités du quotidien qui pourrissent la vie de tant de nos compatriotes. Sanctionnons ceux qui se comportent mal mais cessez de jeter l’opprobre sur une institution dont nous sommes fiers et dont les hommes et les femmes valeureux nous protègent chaque jour, chaque nuit, souvent au péril de leur vie, parfois même au sacrifice de leur vie.
Nous aimons la France, qui a fait le choix de la République contre le communautarisme et contre le racisme, qui a fait le choix de l’ordre juste contre l’arbitraire et contre la «haine anti-flics»Nous chérissons aussi nos forces de l’ordre, dont nous applaudissions l’héroïsme après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan. Nous sommes le peuple de l’émancipation, du panache, du libre arbitre, de la grandeur et de l’amour des nations libres, du mérite patiemment récompensé, de l’égalité des chances, de l’ascenseur social, du doute assumé, puisque douter rend toujours plus fort, de la responsabilité individuelle, de l’esprit de combat collectif qui transcende les égoïsmes, de l’humanisme qui éprouve l’inaliénable dignité de l’homme, de l’admiration pour nos héros.

Nous sommes une Nation et nous devons être fiers d’avoir la gorge nouée, le cœur serré, les yeux éplorés, l’âme en frisson quand nous entendons les derniers vers de Cyrano, le récit du martyre de Maximilien Kolbe, un poème de Baudelaire, les larmes mourantes de Louis XIV, l’audace de Napoléon, la solitude rédemptrice du général de Gaulle, le courage pur du colonel Beltrame. Leur grandeur vaut mieux que nos petitesses. Leur héroïsme, parfois, fonde notre grande histoire commune.

Oui, nous croyons en la France, en notre patrie universelle qui consacre la dignité de l’homme, qui place la communauté nationale au-dessus de toutes les communautés particulières, qui place la loi au-dessus de la foi, au-dessus des prétendues races, au-dessus des couleurs de nos peaux et des coureurs de division. Oui, la France est une et indivisible : là est notre fierté. Là est notre combat. 

Guillaume Peltier,
Député de Loir-et-Cher
Vice-président délégué les Républicains

Abonnez-vous aux actualités de Guillaume Peltier

Restez informés de toutes mes actions, propositions de loi, évènements...

* En remplissant ce formulaire, je consens conformément à l’article 4 du RGPD au traitement de mes informations personnelles. J’accepte d’être inscrit aux newsletters et aux communications de Guillaume Peltier. Pour plus d’informations : voir la Politique de confidentialité

Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
    Cart