PROPOSITION DE LOI : Conditionner la fermeture d’une classe dans le monde rural à l’accord du maire dans les communes de moins de 5000 habitants

ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
QUINZIÈME LÉGISLATURE

PROPOSITION DE LOI
Présentée par Guillaume Peltier, député de Loir-et-Cher

Exposé des motifs

MESDAMES, MESSIEURS,

Malgré le désengagement de l’Etat, ils font face. Nous ne pouvons rester inattentifs à leur situation. Je veux parler des 14 millions de Français habitant dans des communes rurales. Trop souvent oubliés, les zones rurales gagnent à être réinvesties par la puissance publique. En effet, les services publics de proximité disparaissent et pas une semaine ne passe sans qu’une mobilisation ne soit organisée pour sauver des écoles, des arrêts de train, des maternités ou garder le médecin.

C’est pour répondre à ces disparitions qu’a été adopté le plan de sau- vetage des zones de revitalisation rurale (ZRR). Ces mesures ne sont toutefois pas suffisantes, notamment en matière scolaire. Lors de la rentrée scolaire de septembre 2019, 400 écoles rurales ont été fermées, plus précisément, 150 ont été supprimées et 250 ont été déplacées ou fusionnées. Cela n’est pas sans conséquence sur les écoliers et leurs familles. En effet ceux-ci se voient dans l’obligation de scolariser leurs enfants dans la ville voisine, dans le meilleur des cas, ou dans l’agglomération la plus proche. Les écoliers, dès la mater- nelle, doivent alors effectuer des trajets en transports importants.

Viennent ensuite s’ajouter aux difficultés logistiques, des difficultés d’at- tractivité pour les communes. En effet, lorsqu’une classe est supprimée,

lorsqu’une école ferme, parents et écoliers sont loin d’être les seuls impactés. De telles suppressions participent à la disparition de la vie dans les villages. Dans un village où il n’y a pas d’école, les jeunes parents sont bien moins susceptibles de s’y installer. Or, si les familles délaissent les villages, c’est la disparition certaine du tissu associatif et des commerces de proximité.

Nous ne pouvons accepter une double peine pour nos habitants des com- munes rurales éprouvées tant par la disparition des classes que par la dispari- tion de leurs commerces. Nous devons nous refuser à faire de nos zones ru- rales des variables d’ajustement tant pour les directeurs d’académie que pour la puissance publique. Nous devons nous refuser à déshabiller la campagne pour mieux habiller la grande ville.

Ainsi, il vous est proposé de conditionner la fermeture d’une classe dans le monde rural à l’accord du maire dans les communes de moins de 5000 hab- itants.

PROPOSITION DE LOI

Article unique

Le premier alinéa de l’article L-2121-30-1 du code général des collectivités territoriales est ainsi rédigé :

« La fermeture d’une classe, dans le monde rural, dans une commune de moins de 5000 habitants est conditionnée à l’accord du maire de la com- mune. »

Abonnez-vous aux actualités de Guillaume Peltier

Restez informés de toutes mes actions, propositions de loi, évènements...

* En remplissant ce formulaire, je consens conformément à l’article 4 du RGPD au traitement de mes informations personnelles. J’accepte d’être inscrit aux newsletters et aux communications de Guillaume Peltier. Pour plus d’informations : voir la Politique de confidentialité

Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
    Cart